Château d’Yquem X Primeur 2015

Quand on goûte un Château d’Yquem c’est un peu comme si on trempait nos lèvres dans près de 5 siècles d’histoire d’un des châteaux les plus prestigieux au monde, qui participe à l’imaginaire international commun de ce qu’est la France.

On ne présente plus ce Sauternes Classé 1er Cru Supérieur au classement de 1855. Ce Château a aussi bien appartenu aux Ducs d’Aquitaine, qu’aux rois de France, puis la famille Sauvage qui la céda par des unions à la famille Lur Saluces en 1785. Le Château d’Yquem a appartenu à cette même famille pendant plusieurs longues années avant d’être revendu à Bernard Arnault du Groupe LVMH en 1999. En ce moment la direction du Chateau est assurée par Monsieur Pierre Lurton.

Château d’Yquem, fût quasiment mon unique vin dégusté cette année pendant la semaine des primeurs ! J’avoue c’est quand même la grande classe :) Le millésime 2015 en quelques mots fût une année avec un été très chaud dans le Sauternais, ceci a permis de commencer les vendanges assez tôt. Grâce à un temps clément en fin d’été les vendanges ont continué jusqu’en octobre ! Cette douceur prolongée a permis une évolution lente du Botrytis, ce qui va permettre le développement d’arômes complexes pour le vin du Château d’Yquem tout au long des années à venir.

Pendant la dégustation de ce vin prestigieux qui ne demande qu’a prendre de la bouteille pour dévoiler l’ensemble de son potentiel. Nous avons déjà pu tester sa complexité et les multiples possibilités d’accords possibles grâce à la cuisine de Yannick Alleno. C’était exquis, chaque plat semblait mettre en exergue une des multiples facettes que le Chateau d’Yquem, malgré son jeune âge, avait à nous offrir.

Même si les gouttes d’Or du Château d’Yquem ne sont pas accessibles tous les jours (voir mois ou années!). Cette soirée montre que l’association Sauternes /dessert est bel et bien caduque et qu’il faut rester créatif et imaginatif lorsqu’il s’agit de rechercher des accords mets / vins.

En photos plus haut on retrouve dans l’ordre : Aile de pigeon cuit au cédrat, grande sauce Neuvilloise – « Dans une coque de pamplemousse brûlée, une soupe d’oursin servie chaude, peau de canard croquante au foie gras de canard en amertume » – Bao de betterave à tremper dans une confiture d’Algues – Rhubarbe au miel cuite en croûte de sucre – Cube d’Aloé vera au fromage blanc et pamplemousse. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *