Domaine de la Boria

Le Weekend dernier rencontre avec Vincent Balensa, un vigneron, non… Pas passionné…
Mais beaucoup plus ! C’est une sorte de dingue qu’on a la chance de croiser une fois par hasard!

Il s’est mis bille en tête de sauver les vignes de Trilla d’ici 10 ans et qui sont vouées à l’arrachage… Trilla un petit village de 58 habitants à 25 minutes du moindre commerce Perché à 500m d’altitude et à 45min de Perpignan. Avant ici on comptait une centaine d’hectares de Vignes, maintenant il en reste une quinzaine, de plus les caves coop’ de la région sant dans le rouge ;) ! Et ferme une par une depuis quelques années…

Et voici notre cher Vincent, qui n’a pas trouvé mieux que de venir s’installer ici…

Voici ce qu’il en dit sur son site :
« J’ai l’opportunité de sauver un vignoble, un patrimoine français avec des ceps plus que centenaires, avec la possibilité d’en faire une réserve naturelle, sans voisin chimique, sur un des plus beaux terroirs d’altitude du Sud. Un vrai territoire, extrême, qui se mérite, avec des sols uniques. Tout cela en essayant de réussir l’exercice si difficile d’être à la fois vigneron, travaillant dans ses vignes et dans sa cave, et chef d’entreprise, gérant et communicant, au contact de ses clients.
Je me suis lancé en 2009 et c’est une belle aventure que nous vivons aujourd’hui.
A partir de vignes de coopérative (Caramany et Trévillach), pour certaines, vouées à l’arrachage, il a fallu tout inventer. Un vignoble, une unité, un nom de domaine, des cuvées, un style, une voie, des méthodes culturales, une commercialisation, etc… Quelque chose d’original et de rare. »

Il est maintenant propriétaire de 9 hectares de ces vignes qu’il remet avec amour en bonne santé.

Il pratique la biodynamie pour « préserver et dynamiser l’écosystème« . Il cherche à faire des vins natures, des vins sans soufre (même si il n’est pas totalement et fermement contre le soufre, il ne s’interdira pas d’en mettre si ses vins en ont besoins). Il recherche avant tout des vins de qualités, des vins qui vont refléter son terroir, celui du Fenouillèdes, sur des types de sols différents comme le granit, le gneiss, les marnes, mais surtout du marbre bleu et blanc !

Bon et bien voilà une belle aventure à laquelle je vais participer lors des prochaines vinifs ! Et je vais pouvoir me forger mon propre avis sur la biodynamie ;)

Sa cuvée qui a fait un malheur :

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *