Hook & Ladder – quand un pompier devient vigneron

Avant Hook & Ladder, l’histoire commence en 1970 en plein coeur de la Russian River Valley. Un pompier de San Francisco et sa femme tombe amoureux pour la deuxième fois… Non pas l’un pour l’autre! Mais pour ce paysage magnifique de la Sonoma Valley et pour ses vieilles vignes de Zinfandel.

Cecil De Loach et Christine sa femme décident d’acheter 10 ha de vignes. Ils commencent par se spécialiser dans la viticulture en prenant juste soin de leurs vignes, et en vendant les grappes pour la vinification. Ils fondent après quelques années une winery à succès De Loach Vineyard sur Olivet Road. Cette même winery rachetée en 2003 par Jean Charles Boisset.

C’est alors qu’ils décident de recommencer une autre winery familiale: « Hook & Ladder » où l’objectif étant de vinifier un maximum de fruits venant de la propriété qui fait pas moins de 150ha! Leur fils Joshua y est même devenu le winemaker.

Quand on visite la winery, j’adore l’ambiance… Même si ce jour là il y avait beaucoup de monde. L’ensemble de l’équipe essaye de prendre soin de tous les visiteurs sans exception s’adaptant à leur public dans une joyeuse convivialité. L’autre chose qui m’a interpellée, et que j’ai adoré, c’est à quel point l’univers des pompier est présent. Un camion à l’entrée, les noms de cuvées, la décoration, les blasons, les t-shirts, jusqu’à la sauce pimentée « Fire fighter » en vente dans la boutique. Le concept est là mais pas too much non plus, il faut juste prendre le temps de s’attarder sur les détails.

Mes coups de coeurs

Chardonnay, Sonoma County, Russian River Valley – Hook & Ladder estate

2014: Un vin à la fois frais et épicé avec des agrumes de la pomme verte mais aussi du zanc et de pêche. En bouche on retrouve de la rondeur liée à une acidité vive et une petite pointe d’amertume. La finale manque peut être un peu de longueur mais elle compte de subtiles arômes floraux.

2016 (barriques): Un nez et une bouche très puissants avec des fruits à chairs jaunes mûris au soleil beaucoup de gras, de la brioche et du boisé tout en maintenant un trame acide qui permet d’éviter l’engourdissement du palais ;) Sur la longueur on retrouve un peu de fruits exotiques et d’ananas.

Sangiovese, Praeterea 2013, « Brunello Style »

Je ne sais pas exactement son histoire; il ne semble pas vraiment exister en bouteille mais ce Sangiovese était déjà un très joli vin dans sa barrique. Bien sûr les marqueurs épicés et torréfiés du bois y étaient. Mais ce vin était aussi composé de fruits noirs à différents stades de maturité. L’équilibre entre acidité et structure était là, avec cette tension sur l’ensemble de la bouche évoluant en finale sur des notes de fruits à l’alcool.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *