Le job de la rentrée : la Vente au caveau !

Vous vous êtes toujours demandé ce que cela faisait d’être de l’autre côté de la barrière? Être la personne qui fait déguster au lieu d’être la personne qui déguste ?
Être le gars qui reste dans la clim’ bien au frais avec les quilles et qui parfois fait sont regard d’expert ou l’air interloqué lorsque vous tentez timidement de décrire l’un des vins que vous êtes en train de déguster… Et bien ça je l’ai fait pour Vous!

Voici bien 2 mois d’absence… Comment ? Un blogger qui n’écrit pas n’est plus un blogger? Quoi? parfois on a même plus le temps d’aller sur le web ? Non, c’est impossible…. Et bien si !
J’ai eu un été de folie, partagée entre 2 jobs et une recherche d’appart’ et pour finir un déménagement! Bref, me revoilà avec plein de bonnes aventures viniques !

Pour faire une bonne Vendeuse / conseillère en vin dans un caveau il faut :

– Un lieu design (avec crachoirs intégrés aux bornes de dégustation!) :

Vinipolis à Florensac (34)

Une tenue Adéquate (Enfin… hein!…) :

tenue de combat ! 
– Du bon vin
– Une équipe de Choc
Hicham, Chris, Athalie

– Et surtout du People :) 

Bon aller avec tout ça vous êtes paré à vivre l’expérience :) 

Les points clefs :

1- Les premiers temps, la chose la plus difficile pour moi a été de savoir quand aborder le client???

Oui, est ce si simple ? Bon quand il rentre, on reste poli on lui dit « Bonjour », une fois sur 2 il ne répond pas… Est il dur de la feuille ? A t il fait exprès? Bref, j’insiste et je recommence quite à crier mon « BONJOUR » haut et fort à travers le caveau? Ou alors, j’attends qu’il s’approche d’avantage…
Mais surtout garder le sourire! Et puis mince, je vais le voir :) Le but est qu’il voit que je l’ai vu, qu’il est bien accueilli et que surtout je suis là pour lui !

2- Et puis là commence la danse… Suivant les différents clients on s’adapte  :

– Celui qui fonce direct sur moi ou sur les bouteilles à une idée bien en tête… Lui est facile à comprendre et souvent c’est un habitué ou quelqu’un qui sait quoi demander exactement.

– Celui qui reste loin de moi comme si j’étais une bête sauvage qu’il fallait éviter à tout prix… Alors, lui il faut l’apprivoiser lui parler en langage des signes ou autres pour pas qu’il se sente agressé…

– Celui qui fait le tour du caveau de fond en comble, on aurait l’impression qu’il ne va pas acheter une bouteille, mais bien la boutique!

-Celui qui prend une dégustation pour un apéro… « Je reprendrais bien une petite goutte », « pas plus haut que le verre », « Aller! Machin, Machine venez boire un p’tit coup! »

-Celui, qui pour finir vient découvrir les vins, (ils sont tout de même nombreux!) et ça c’est assez « kiffant », des gens interessants qui viennent à la rencontre des vins de la région, découvrir la typicité des cépages / terroirs… Et qui écoutent quand on leur parle!! Un vrai régal :) Un vrai partage! Et là on se dit que le vin c’est quand même super top… Et que pour rien au monde j’échangerais!

3- Je vais vous dévoiler ma phrase fétiche de l’abordage : « Bonjour Messieurs Dames, si je peux vous renseigner, si vous voulez déguster, n’hésitez pas! Je suis là pour ça ! » Cela marque ta présence et surtout ça permet de savoir quelle langue mon interlocuteur parle! Car il y a énormément d’étrangers qui sont passés au caveau cet été!

4- Pendant l’été j’ai énormément parler de cracher ! ! Oui, messieurs dames, un crachoir est fait pour cracher ! Et ça se fait. Enfin, c’est ce qui m’a pas mal interpellée… Très peu de gens recrachent! Peut être que 5%! Sinon comme réponse j’ai souvent le droit à « mais non j’aime pas gâcher et puis ce serait dommage! » Rappelons qu’il y avait bien une quinzaine de références! Et surtout quand on boit, on a nos facultés de dégustation qui s’amoindrissent et on sera performant que sur 3/4 vins…

5- LA finalité reste bien la vente, souvent effectuée par carton car à Vinipolis (là où j’ai travaillé) le prix au carton est assez avantageux et le rapport qualité / prix est très interessant!
Et la bonne satisfaction c’est quand on vend pour 200 / 300€ de vins (quand on sait que le prix à la bouteille est en moyenne à 5€)

6- Personnellement, ce fût une expérience très enrichissante j’ai pu parler et comprendre des gens qui ne font absolument pas partie du « monde du vin », et ça replace un peu dans la réalité… La majorité des  personnes n’y connait pas grand chose au vin et en ont limite peur… Combien de fois j’ai pu entendre « non mais moi je sais pas, j’y connais rien alors je dis rien » C’est faux !!!! On sait si on aime ou on n’aime pas! Et c’est déjà vraiment pas mal :)
Et puis ça permet aussi d’avoir énormément de points de vue différents sur les mêmes vins, ce qui nous montre qu’une bonne partie de la dégustation reste assez subjective..

Voilà maintenant vous savez un bout de l’essentiel …

Merci à toute l’équipe de la Cave Coopérative de Florensac aussi bien ceux qu’on voit que ceux qui sont cachés en cave :) 

Tags

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *