Mes voyages…dans une goutte de vin

Alors pourquoi ce titre?

Comme l’expresion de Salvador Dali : « qui sait déguster ne boit plus de vin mais goûte des secrets »
Je vais donc commencer à mettre ma casquette de détective et aller à l’encontre de ces secrets bien cachés par le vin pour une néophyte telle que moi…

À force de lire d’entendre tant de critiques et de descriptions de vins… Moi aussi j’ai envie de prendre ce train d’amateurs de vin et de délices cachés et ne pas rester éternellement sur le quai à les voir partir s’amuser. Je crois que je commence à comprendre pourquoi ce monde semble si fermé à une personne lambda, car comment font-ils pour sentir et goûter tant de choses, de fruits, de matières, de végétations, de fleurs et j’en passe… dans un si petit verre de vin ??

Alors que moi par exemple face à 2 oenologues dont les idées fusent dès le premier nez ou la première gorgée de ce blanc, je saisis timidement mon verre le porte une première fois à mon nez et sens seulement une vague odeur de vin blanc… bref je suis déçu : vin 1 – Nina 0.
Après j’apprécie sa robe… Alors oui elle est limpide peut être déjà un peu foncée pour un 2009? Et là j’entends mes 2 oenologues s’écrier en coeur « effet pinky! » Rooo! mais qu’est ce que c’est encore? Alors je ne me souviens pas exactement car cela remonte à une semaine, mais pour vulgariser à l’extrême, c’est un effet apparu dans les années 1990, dans les vins blancs ; même si ils sont blancs (jusque là facile) il y a comme la présence (en très petit nombre) des molécules qui donnent de la couleur rouge ou rosé à un vin mais elles sont annihilées par une autre (on va l’appeler mlc 2), mais si ce vin est soumis à un excés d’oxydation (ou de réduction…?? je ne sais plus ) l’effet de la mlc 2 se dissipe et le vin blanc prend une légère teinte rosée… Ce qui n’est pas cool du tout…
Bref : Oenologues 1 – Vin 1 – Nina 0 (pfiooo je dois persévérer et me concentrer )
Bon pour le goût je vais pas m’avouer vaincu je vais les découvrir tes secrets que tu gardes jalousement sans même m’en donner une miette… Et puis maintenant j’ai une technique imparable! La rétro-olfaction… (grâce à cette super vidéo : de http://minu.me/2aef )  que j’exerce depuis 1 mois environ…
Alors je m’y met l’air discrète et humm j’aime se vin vif, explosif, jeune, léger, et avec un petit goût d’agrume… Oui je suis plutôt fière de moi sur le coup ! … roulement de tambour et résultat final : Match nul : Nina 1 – oenologue 1 – Vin 1! J’ai sauvé la mise… Mais bon je me sens toujours pas aussi à l’aise, car je sais pas pourquoi mais j’ai peur de totalement être à côté et d’être la risée des experts en la matière… 
Mais j’ai pas dis mon dernier mot!

J’ai fais il y a quelques jours la rencontre d’une personne très intéressante qui m’a livrée elle aussi un secret, sur ce monde du vin, fabuleux si on prend le temps de le contempler, l’admirer, l’écouter…
Enfin, il m’a dit à juste titre que savoir déguster un vin et en comprendre et ressentir les différents secrets, c’est comme s’entrainer à lire… Au début on ne sait pas, et tout nous semble difficile et insurmontable, mais avec de l’entraînement la lecture devient un jeu d’enfant, le vin c’est pareil c’est avec un entraînement assidu qu’on arrive à quelque chose… De plus la dégustation est une science tellement inexacte que tous les avis sont bon à prendre, on peut donc difficilement se tromper, c’est une question de mémoire personelle aussi, un vin peut très bien nous rappeler l’arôme si doux de la confiture que notre grand mère faisait quand on était petit…
Merci encore cher Monsieur de m’avoir tant décomplexé ! Et de m’avoir enfin montré que le monde du vin est accessible à tous avec un minimum de passion…

Je suis donc partie plus sereine forte de cette discussion…

Ma prochaine dégustation fût un muscat, même 2.

Le premier fût pour moi magique, une vraie révélation! Sa couleur était d’un beau jaune, et au nez quelle senteur je me suis cru transporté dans un champs jalonné de fleurs, parsemé de miel… Au goût ce vin était frais, équilibré vif et même intéressant ni trop sucré, ni trop acide peut être aussi un peu rond?   Bref à peine ma première gorgée fini il m’a donné envi d’y replonger…

Le second, je suis partie tout autant enthousiaste! Mais quel fût ma déception après le premier… Au nez il m’a semblé timide, comme si il avait peur de me livrerr son secret, presque recroquevillé sur lui même… En bouche, il était peut être satisfaisant mais trop lourd pour moi, trop sucré et je n’ai décelé qu’une ou deux notes mielleuses…





J’ai pris mon courage à 2 mains (car même si je suis beaucoup moins complexée qu’une semaine au part avant, je suis pas totalement sûr de moi) et j’ai fait part de mes impressions à un des oenologue qui se situait proche de moi, et à ses dires il a ressenti à peu près la même chose que moi! 


Hahaaa…. J’ai enfin l’impression d’avoir trouvé la porte secrète pour rentrer dans ce monde complexe et magique qui nous absorbe, et qui même en se moment hante mes rêves… 


Ps: promis la prochaine fois je note les noms des vins que je déguste!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *