Profil Cultural au Mas Piquet

Introduction

Donc aujourd’hui, je vais vous décrire ce qu’est un profil cultural. Cela semble peut être un peut trop sérieux ou techniques mais avant de planter des vignes il faut savoir où l’on met les pieds!

 Et le profil cultural est très intéressant car c’est la seule méthode permettant d’observer la structure du sol et le système radiculaire.
Avec cette analyse, on va pouvoir diagnostiquer les possibilités culturales du sol et donc « raisonner le choix d’une méthode de travail du sol, le  choix du porte greffe ou d’un système de drainage. »
Emplacement
Il faut faire un profil où la végétation souffre et un où elle est normale. La tranché doit être verticale et perpendiculaire au sens de la plantation. Par la suite on nettoie la coupe qui a été lissé par la bêche ou le tracto-pelle à l’aide d’un couteau en arrachant la terre pour mettre en évidence la structure du sol.
Examen du profil
Texture
On examine la texture (granulométrie), qu’on l’on va apprécier au toucher elle peut être sableuse, limono-sableuse, argilo limoneuse deux test appelé « test du boudin et test de l’anneau » permettent de connaître approximativement le taux d’argile dans le sol ( test du Boudin = 15% argile, test de l’anneau = 30% d’argile)
La texture a des influences direct sur les propriétés physiques du sol ! Un sol sableux est filtrant et chaud. Un sol limoneux se tasse facilement (problème de circulation de l’eau) mais il se travail bien. Un sol argileux est lourd et difficile à travailler mais il a la particularité de bien retenir l’eau et les fertilisant.

 

Structure
La façon dont sont assemblées les particules entre elles, si elles ne sont pas liées la structure est particulaire, si elles sont liées en formant un seul bloc c’est une structure continue.
C’est la structure qui conditionne les principales propriétés du sol :
                  – Pénétration et croissance des racines en profondeur
                  – Aération et circulation de l’eau grâce à la porosité
                  – la micro-porosité permet la rétention d’eau
                  – l’activité biologique est favorisé par une bonne porosité.
Cette structure peut être améliorer avec le temps :

                  – par la décomposition de débris végétaux = humus (agent de cohésion des agrégats)
                  – par des adventices comme l’enherbement hivernal qui créé une structure fine  et aide au développent de l’activité biologique génératrice de stabilité structural
Mais elle peut aussi se dégrader :
                   – par les pluies, un excés ramollit les agrégats et forme une croûte ou il y a érosion.
                   – passage du matériel de traitement sur un sol humide aboutit à un compactage à long terme
                   – la mécanisation et le maintient du sol nu diminue le taux de matériel organique du sol.
Il faut aussi savoir observer la faune, les matières organiques (qui se minéralisent et s’humifie), les racines qui sont le reflet de l’état sanitaire de la vigne et permet de comprendre l’apport en eau car rappelons que la qualité d’un vin est lié à la vigueur de la vigne et à son rationnement hydrique pendant la maturation. Un stress hydrique peut stopper la migration des produits de la photosynthèse vers les grappes, si le stress est trop important la maturité s’arrête. En revanche si les racines sont profonde la vigne fonctionne correctement jusqu’à la fin de l’été!

On peut aussi observer les tâches :
                – couleur sombre : humus ou humidité
                – couleur bleue : zone réductrice (asphyxiante)
                – tache de rouille : réoxygénation après une asphyxie
                – tache blanche : calcification, encroûtement du calcaire.
Toutes ces études sont donc indispensable à une bonne santé de la vigne et donc à l’élaboration d’un bon vin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *