Voyage dans le Nord de L’Italie

Ma vidéo de ce voyage :



Etape 1 : Dolceacqua

Aujourd’hui le 26 décembre 2010 arrivée en Ligurie dans un petit village appelé Dolceacqua où l’on y trouve du vin portant le même nom! Plus précisément : Rossese di Dolceacqua (DOC).

Le Rossese est le cépage le plus typé de Ligurie il est à boire jeune est peut être parfois de garde. Il était déjà connu à l’époque de Pline même si on en connait pas l’origine. Son extension a commencée à partir de la région des Cinq Terres pour ensuite aller vers la Ligurie du Nord.
 
Arrivée dans une chambre d’hotes fort sympathique tenue par une Anglaise qui vit ici depuis près de 14 ans…

Petit tour dans le bar a vin du coin ou l’on y trouve des bouteilles ayant revêtue leur tenue de Noël pour l occasion.


Première dégustation D’un vin italien : le Rossese di dolceacqua, le rossese étant le cépage, pour ce qui en est de celui que j’ai gouté : millésime 2009 c’est un vin rouge assez clair, il est vif en bouche mais agréable, ses arômes font penser à de petites baies rouges avec une longueur portant sur l’amende.

On ne peut pas partir en Italie sans un peu de vocabulaire sur le vin italien:
Amabile : demi doux
Asciutto : demi sec
Bianco : blanc
Cantina: cave, le chais
Cantina sociale : cave coopérative 
Chiaretto: vin rosé léger
Classico: issu du cœur historique de la zone d’ appellation
Cerasulo: vin rosé foncé couleur cerise
Dolce: doux
Consorzio: groupement de vigneron dune zone
Dolce : doux
Frizzante: pétillant
Gradi: degrés d’alcool
Invecchiato: vieilli
In purezza: monocepage
Metodo classico: méthode champenoise pour le mousseux
Nero: rouge sombre
Novello: nouveau
Passito: vin de dessert issu de grappes passerillés
Rosato: rosé
Rosso: rouge
Secco: sec
Spumante: mousseux
Tenuta: domaine 
Vendemmia: vendanges millésime






Étape 2 : Dolceacqua et Apricale



Ce matin à l’oenoteca, achat de mon premier vin italien ( rossese di Dolceacqua Nemu).
Ensuite nous sommes aller a terre bianche, pour pouvoir y parvenir nous avons emprunté une petite route sinueuse pour atteindre un vignoble de 8ha (oui petite erreur dans la vidéo…), avec 4 personnes qui y travaillent (de la même famille) c est la seconde génération a être Revenu sur leur terre qui apartenait a leur arrière grand père, ils ont aporter des cépages blanc sur leur propriété, comme le vermentino. 
Mais le cépage principale est le rossese qui ne vient pas de la couleur rouge, mais du terrain caillouteux. Sur ce flanc côté ouest ont y trouve des terres schisteuse alors que que sur l’autre flanc de la vallée se sont plus des terres calcaires. Leurs vins sont pratiquement tous passé en barrique  de chêne venant de France (3 sur 4), se sont d’ailleurs de vielle barrique. Les propriétaires nous ont bien précisé qu’ils souhaitaient garder une constante qualitative dans  leurs vins avec une notion de terroir bien ancrée et non l’inverse! Leurs ventes se font principalement localement et à l’export aux USA au Japon et commence au royaume uni. Ils réalisent 65 000 bouteilles à l’année.
Ici la taille est uniquement à la main car le terrain est trop pentu aucune machine agricole ne peux y passer.

Après direction Apricale, un petit village perché dans la montagne avec son dédale de rues qui S’enchevêtrent qui montent et descendent dans tous les sens. Nous tombons enfin sur l’église et son clocher qui soit disant recèle un mystère tellement mystérieux que l’on a rien vu… Juste en contre bas la piazza, la place du village avec son feu ou une famille se livre a un barbecue festif et un petit troquet de village ou nous allons nous réchauffer autour d’une boisson chaude. Reparti dans ce sinueux et fort joli village typique italien qui compte pour un des plus beau village d’Italie, nous nous arrêtons dans ce qui semble être un mini snack, réception d’hôtel, épicerie fine et même café pour un encas. Retour a dolceacqua pour un repos bien merité.


Étape 3 : Barolo, La Morra et Bra
Départ à 11h de dolceacqua pour barolo sur la route au milieu de la neige. Arrivé à 13h à barolo et arrêt au divin cafè fréquenté par les petits vieux du village où l’on a mangé notre premier panino et surtout notre premier barolo cru (6,5€) !! 
On a visité le bourg  qui regorge d’oenoteca !! Certaines Sont même attenante à la cave comme Borgono  qui  fait sa visite pour 15€!  
La bouteille bas de gamme de barolo est à 20€ minimum! On se décide d’aller visiter le musée du tire bouchon ( fermé l’hiver..) on  va alors visiter le wine wine museum, simple mais ludique. 


Ensuite on trouve une petite chambre d’hôte « le  viole » un agriturismo à 3km a l ouest de barolo dans un vieux corps de ferme, où il font leur vin un an sur deux pour leur production perso et leurs clients (vin de garage!). Ils fabriquent même quelques confitures! 
Pour la vinification et la mise en bouteille leurs matériels reste assez rustique ( comme l appareil qui sert à mettre les bouchons sur les bouteilles de vins). Ils ont aussi un vieux pressoir de 200 ans ( inutilisable, qui sert uniquement à la décoration) en revanche les cuves sont neuves et en inox, il produit du nebollio et du cru barolo. 

Ensuite visite de la Morra enfin surtout de son petit bar a vin  » vin bar » le premier bar a vin de la région de Langhe. On l on boit un nebbolio ( assez faible en taux d’alcool et frais facile a boire) on goute le spritz ce que tout le monde boit ici, 1/3 bitter, 1/3 vino bianco frizzante, 1/3 acqua con gas


On est ensuite aller a bra Pour manger  au ristorante battaglino, pour manger des spécialités piémontaise ( tartare et saucisse cru flan au légumes sauce gorgonzola petites ravioli avec par la suite des viandes différentes langues joues… Pour finir avec une super pannacotta et des petits gâteaux fait maison très bon moment avec un très bon repas. Ce restaurant représente la slow food qui est une association culinaire qui revendique la cuisine de saison c’est un art de vivre, qui comme on peut facilement le comprendre qui s’oppose au fast food et met en avant l’alimentation associé au plaisir et à la responsabilité de l’environnement. 




Étape 4 : alba, barbaresco 

Rappelons que nos hôtes ont quelques vignes pour leur consommation personnel mais ils sont aussi producteurs de noisettes.
Le petit déjeuner était exceptionnel avec 5 confitures maisons différentes 5 ou 6 fromages du bon pains du saucissons.. Un petit dej gargantuesque!

 
Après cela, petite dégustation du vin autour de la cheminée avec la maitresse de maison qui est super sympa et qui ne s arrête pas de parler (italien bien sûr!) c est donc leur propre production du nebbolio sous l appellation barolo cru De 2006 ( le Vin n’a ni d’ étiquette ou autre car rappelons le il est destiné a leur propre consommation.)

On en achète 2 bouteilles a 5€ l’une au lieu de beaucoup plus 20€ minimum pour la moins chère en commerce. La nona m a proposé de revenir dans leur cantina quand je serais oenologue ;) . 

Direction alba, ou l on a rien trouver de génial, et où je confirme qu’à côté de l’usine ferrero ça ne sent pas le chocolat  :(  Donc je suis bien déçu de ma croisade en terre sainte du nutella… 

Alba ne présentant pas plus d’ intérêt on part a barbaresco une appellation de vin super connue en Italie on entre donc dans l’oenoteca régionale magnifique aménagée dans une ancienne église en revanche la dégustation à 2€ le verre était pas bon du tout beaucoup trop oxydé… On a donc même pas acheter de barbaresco et on a fuit cette ville. 



Étape 5 : Nizza de Montferrato

Après avoir manger direction le domaine de cavallotti ou l on à eu le droit a une visite privée!! C’est maintenant la 3 ème génération qui s’occupe du domaine. Il s’étend sur 23 hectares dont 3 hectares en appellation Nizza (pour avoir cette DOC il faut être sur un coteaux à au moins 2000m d’ altitude il y a juste 42 producteurs pour l appellation Nizza ce qui peut sembler peu mais qui est énorme pour un si petit terroir).
Il produisent chaque année 250 000 bouteilles.
Ils ont un très beau caveaux, où ils y font du barbera simple d’ asti un an dans un foudre en chêne italien ( utilisé 8 ans et netoyé 3 fois par coupe de un cm du foudre à l’intérieur) le barbera d’ asti lui est conserve 1 ans en foudre et 2 ans en barrique avant d’ être mis en bouteille.
Leur arrière grand père avait des vignes à barolo ils ont donc du vieux barolo pour leur propre consommation.
On a finit notre visite par une super dégustation, il y a vraiment un bonne accueille et des gens vraiment sympathique prêt à répondre à toute vos questions!



On va donc manger le soir a coccinato a la « cantina Del ponte » super restaurant avec un bar à vin magnifique ils produisent aussi du vin. Pendant notre repas on a pris du vin que j’ai adoré un barbaresco d’ asti de cocconato « la luna e le stele » très bonne dernière soirée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *